jeudi 8 novembre 2012

Réplique de Raphaël, 1944.


Dans la catégorie parfum totalement oublié mais ayant eut son petit succès par le passé, voici Réplique de Raphaël. Créé en 1944 donc, pour une obscure maison de prêt-à-porter.
Le petit flacon d'extrait que j'entame aujourd'hui est encore vaillant pour son âge, une texture impressionnante, une épaisseur et une richesse qui font rêver.  C'est un moment toujours un peu magique où l'on descelle le bel endormi qui s'est tassé, concentré avec le temps et a donné aux anges une bonne part de son alcool. Parfois d'un jus noirci on ne retire rien du tout, d'autres fois on tombe raide et l'on est quitte pour un voyage olfactif à rebours.
 
Alors, que dit-il celui-ci ?  Des aldéhydes forcément ouvrent le bal, il a du y avoir des notes plus fraiches qui n'ont pas résisté, probablement aussi des notes herbacées et aromatiques. J'enchaine directement sur le cœur floral lui aussi bien tassé et assez indistinct. Des traces de salicylates, d’ylang-ylang  et de lactones tubéreuse. Un muguet un peu vert et du mimosa qu'on devine  ici fantômes, quoique cette touche poudrée pourrait bien venir de là et de la coumarine. Et oui, c'est assez miraculeux comme un parfum peut se déployer soudainement, on le croyait foutu et le voilà qui s’aère, respire et dévoile sa magie.

Héliotrope et vétiver c'est ce que je sens, sur une base mousse moelleuse et rêche qui lui donne une élégance, un fondu et un moiré absolument délicieux. La base est également très patchouli et animale et la présence de muscs nitrés apporte un velouté infiniment plus délectable que les récure-naseaux lessiviels appelés muscs aujourd'hui. Le musc ambrette, irremplaçable, était peut-être toxique mais il avait cette qualité olfactive inouïe de donner de l'ampleur, de l'animalité poudrée et de l'élégance aux compositions. On pense aux anciens cosmétiques un peu gras , aux poudres libres sur fond de teint avant d'entrer en scène, couvrant en douceur les relents de savon douteux. J'ai l'image d'une belle dans un bouge de la butte Montmartre juste après la guerre, de la gouaille, du bagout et l'art de faire oublier en claquant les talons sur les pavés, que la vie n'est pas rose et qu'elle est salissante.
C'est superbe. 
Plus je le sens, plus je suis transporté. 
Et, apothéose, des notes de cuir s'en mêlent et illuminent de leur présence sensuelle vert sombre (la mythique iso butyl quinoléine qui a fait Bandit ou Cabochard entre autres) ce parfum qui donne magnifiquement la Réplique ! 
Atmosphère, atmosphère ! ? 


Photo: Publicité années 60 et photo perso.

10 commentaires:

  1. Mon cher, vous êtes un tentateur! Déjà que je me dis que je devrais me calmer avec la découverte des vintages (d'où je suis il faut les acheter forcément pour les découvrir), vous ouvrez une autre porte sur la curiosité et l'intérêt. Des adéhydes qui laissent lentement leur place à du cuir, ça doit être une tuerie ce truc?!
    Et pour ne rien gâcher, le flacon est adorable. Même si une comparaison est forcément bancale à la base, à quoi ressemblerait-il le plus?

    RépondreSupprimer
  2. erratum: des aldéhydes (je ne sais plus écrire!)

    RépondreSupprimer
  3. Ma chère, c'est tentant en effet, même si le vintage est un peu la roulette russe de la parfumerie. Tentant surtout quand on n'est pas limité par eBay.fr..
    Pour un point de comparaison de Raphaël, je dirais que c'est un peu Habanita meets Cabochard, passé la tête d'aldéhydes plus N°5 ou mieux, Detchema.

    RépondreSupprimer
  4. À propos de roulette russe, j'ai vu récemment deux exemplaires, même type de bouteille, mais dont un a une teinte bronze-cuivre (indiqué neuf) et l'autre plus ambré (d'occasion, mais plein et avec son cordon). La variation (pas si marquée tout de même) de couleur est du principalement à quels facteurs?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une couleur trop foncée est souvent mauvais signe, néanmoins certains jus traversent les âges devenant plus ambrés mais sans rien perdre de leur beauté. On dit que les changements de températures sont nuisibles. Certains matières changent de couleur avec le temps (le jasmin par exemple, le patchouli..) mais les changements chimiques qui s'opèrent à l'intérieur ne sont pas forcément détectables au nez. Bref, difficile de s'y retrouver. quant à Réplique, je l'ai toujours vu très foncé. Le mien est quasi noir.

      Supprimer
  5. bonjour, j'ai perdu ma grand mère et mon chagrin est incommensurable,elle portait le parfum réplique et parfois lorsque j'ouvre mon armoire ou se trouve son manteau l'odeur se répend encore et j'ai beaucoup d'émotion , mais comment se procurer ce si précieux parfum ? j'aurais l'impression qu'elle est toujours là si vous avez des adresses ou sites je serais très touchée de l'acquérir en sa mémoire. bien à vous et merci d'avance pour vôtre réponse.Mme guillaume

    RépondreSupprimer
  6. bonjour, je m'étais abonnée à vôtre site dans l'espoir d'acquérir le parfum réplique que portait ma grand mère mais je n'ai rien vu en réponse à cela? pour vos sites d'articles de luxe cela ne m'intéresse pas donc je me désabonne bien à vous .Venusia.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. venusia guillaume je viens de lire vos post datant du mois de mai 2013
      J'ai trouvé l'eau de toilette réplique de Raphael sur le site de Prima parfums Europe dont je vous communique le lien :www.parfumseurope.eu J'espère que vous trouverez ce merveilleux parfum que j'adore également

      Supprimer
  7. je le cherche depuis tres longtemps,c'etait mon parfum,ou puis je en trouver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A part ebay, je ne vois pas ou le trouver. Il y en a assez régulièrement, surtout de petits extraits. Bonne chasse au Réplique.

      Supprimer